picto facebook institut homme total picto youtube affranchi IHT picto twitter institut homme total picto instagram institut homme total picto discord institut homme total
Accueil  ⟩   Vidéos  ⟩   Politique
Pouvoir

État profond : qui nous gouverne ?

En France, ce sont le Président de la République et le Parlement, en édictant et en promulguant les lois, qui semblent nous gouverner. En réalité, un cercle restreint de la classe dominante exerce une influence directe sur eux. Son but – souvent inconscient : pérenniser l'état actuel des choses.

Partager
×
Par Quentin L.
Lecture 2 min

Qui gouverne la France ?

Cette question a priori anodine appelle à première vue une réponse évidente : ceux qui gouvernent le pays sont les membres du gouvernement, à commencer, bien sûr, par le Président de la République, le Premier ministre et les différents ministres, ainsi que les députés de l’Assemblée Nationale et les membres du Sénat.

La réalité est quelque peu différente. Pour caricaturer, les membres du gouvernement ne sont en fait que les marionnettes et les pantins de quelques individus de la classe dirigeante, l’« État profond » (1), une oligarchie non-élue qui ne se contente pas seulement de gouverner, mais règne sans aucun mandat.

Rappelons qu’une classe sociale n’est pas une simple accumulation d’individus, mais qu’elle se définit par ses rapports dans la logique de production et avec les autres classes (pour simplifier, et pour paraphraser le philosophe Michel Clouscard, il y a une classe qui consomme plus qu’elle ne produit – la bourgeoisie capitaliste, et une classe qui produit plus qu’elle ne consomme – le prolétariat).

Mais qui donc compose ce dit « État profond » ?

En premier lieu, certains apparatchiks, conseillers et faiseurs de princes, qui suivent de près chaque président (tels que Jacques Attali en France ou encore Henry Kissinger aux États-Unis), mais aussi le MEDEF et ses représentants (Geoffroy Roux de Bézieux aujourd’hui).

En second lieu, quelques grands tenants du capital, que ce soient des propriétaires de médias (Xavier Niel, Vincent Bolloré, etc.), des patrons de groupes de luxe (Bernard Arnault, François Pinault), ou encore des vendeurs d’armes (groupe Dassault notamment).

Pour finir, un complexe militaro-industriel et de renseignement (DGSI, DGSE, CIA, etc.), ainsi que quelques généraux et chefs des armées.

Tous ces individus, qui « font » et « défont » les différents présidents de la République, sont traversés par un rapport social qui les domine, du fait de leur appartenance à la classe dominante de la société. Ils trouvent leurs intérêts au sein du mode de production capitaliste et n’ont donc aucun avantage à le voir disparaître.

Ils croient eux les premiers au mérite, à l’élection et à la liberté d’expression comme modèle démocratique (libre de dire n’est pas libre de décider !), parce qu’ils sont les faiseurs de l’idéologie dominante, qui, rappelons-le là aussi, est toujours celle de la classe dominante.

Seulement, ils sont en retour faits de cette idéologie parce qu’ils sont prisonniers du rapport social qui est le leur, et n’entrevoient aucun autre monde comme possible. Tout leur habitus est tourné vers la conservation, le maintien et la sauvegarde du mode de production capitaliste, cela sans même qu’ils en soient conscients, la plupart du temps.

Ce que d’aucuns appellent l’« État profond » qui gouverne la France n’est donc rien d’autre qu’un cercle restreint, informel et influent, composé de membres de la classe dirigeante, la bourgeoisie capitaliste, classe contre laquelle il faut que nous luttions pour construire les bases et les fondements d’un autre monde qui n’est pas seulement possible, mais dont les prémisses sont bel et bien déjà là.


(1) L’universitaire canadien Peter Dale Scott, dans son ouvrage « L’État profond américain. La finance, le pétrole et la guerre perpétuelle », indique que « “l’État profond” [est] une expression qu'[il a] empruntée à la Turquie (...). Il s’agit d’un pouvoir qui ne provient pas de la Constitution, mais de sources extérieures et supérieures à celle-ci, et qui est “plus puissant que l’État public.” »
Partager
À la Une
Gabin Baker et Belmondo forment le drapeau français

Le pillage mémoriel d’Éric Zemmour et Emmanuel Macron

Bernard Friot et Frédéric Lordon - Conversations sur le communisme

Conversations sur le communisme, Friot et Lordon : deux visions irréconciliables

Qui sommes-nous ?
L'Affranchi IHT est le média de
l'Institut Homme Total
En savoir plus
Soutiens-nous
Finance ton média
affranchi de l'idéologie dominante
Faire un don
picto facebook institut homme total picto youtube affranchi IHT picto twitter institut homme total picto instagram institut homme total picto discord institut homme total
cours et formations institut homme total formations politiques et cours de philosophie marxiste loic chaigneau
Forme-toi
Pour transformer ta compréhension
de l'information
Institut
Rejoins-nous
Adhère à l'Institut Homme Total
à partir de 10€ par an
Adhérer
Politique
La nécessité d'une avant-garde pour guider les travailleurs vers la révolution

La nécessité d'une avant-garde pour guider les travailleurs vers la révolution

Le passeport vaccinal est une nouvelle étape dans le fichage des individus qui conduit à la dictature

Le passeport vaccinal est une nouvelle étape dans le fichage des individus qui conduit à la dictature

Plus d'articles
LES PLUS LUS
bibliographie conseils de lecture institut homme total bibliothèque Voir la bibliothèque livres librairie institut homme total bibliothèque Acheter les livres Marx FM Podcast marxiste marx communisme institut homme total Écouter Marx FM
picto formation diplome picto vidéos picto i picto theorie picto actualites