picto facebook institut homme total picto youtube affranchi IHT picto twitter institut homme total picto instagram institut homme total picto discord institut homme total
Accueil  ⟩   Théorie  ⟩   Société
Féminisme

Lutter contre le Capital est le meilleur moyen de libérer les femmes de leur exploitation

L'exploitation de la femme est propre au fonctionnement du mode de production capitaliste. Au delà des divisions, une union des prolétaires hommes et femmes est nécessaire.

Partager
Femmes travailleuses
Femmes travailleuses (TotumRevolutum / Pixabay)
×
Par Loïc Chaigneau
Lecture 2 min

Cet article est une retranscription d'un thread twitter de Loïc Chaigneau.


Le capitalisme est un mode de production qui, pour perdurer doit nécessairement se reproduire. Dans le cycle de reproduction du Capital, certaines femmes des classes ouvrières et en un temps donné certains esclaves (slaves, africains ou autres) ont servi et servent d'armée de réserve.

En effet, le capitalisme n'a que faire que vous soyez un homme ou une femme, dans les deux cas il vous exploite. Dans l'histoire et encore aujourd'hui, les femmes subissent elles aussi les logiques du capitalisme. L'exploitation de la femme est donc bien consubstantielle au Capital.

Mais reconnaître cela, c'est comprendre dans le même temps que l'ennemi est donc bien le capital, comme mode de production, et non les hommes, eux-mêmes traversés par le Capital en tant que rapport social. La lutte féministe a donc tout intérêt à exister mais elle ne doit pas se confondre avec une lutte interne au Capital comme le produit la théorie de l'intersectionnalité.

« Je crois que de plus en plus les Noirs voient le racisme et toute l’oppression dirigée contre les Noirs comme une partie d’un système plus grand, comme une partie du capitalisme et alors il est nécessaire pour détruire les racines du racisme de renverser tout le système. Il y a beaucoup de Noirs qui, maintenant, se considèrent comme marxistes. »
Angela Davis, Entretien à France Culture (1975)

Reprenons : quand Crenshaw développe cette théorie, cela fait suite à un cas législatif où des ouvrières afro-américaines sont en lutte contre leur employeur, General Motors.
Pour Crenshaw l'objectif consiste à tenir un discours sur les "droits" et non à développer une théorie de l'exploitation systématique. En faisant cela, elle s'attaque à la superstructure idéologique sans remettre en cause la base et/ou l'infrastructure (bien que Marx ait lui même contesté cette analogie architecturale, elle reste utile).

Crenshaw questionne des rapports de domination et cherche à ce que de multiples oppressions puissent être reconnues pour un même individu. L'enjeu n'est pas la remise en cause du mode de production mais l'acceptation par ce mode de production de droits équivalents à ceux qui organisent cette domination.
Or c'est justement la farce idéologique du capitalisme que de nous faire croire que nous naissons libres et égaux en droits (1) et c'est une idéologie qui ne peut prendre racine que dans un procès de production dont la sphère législative n'est que l'émanation. C'est donc s'attaquer à un symptôme et non au problème...

L'introduction du pouvoir comme seul expression de rapports et/ou de relations particulières entre individus est liée au postmodernisme comme anti-marxisme (Foucault, notamment...).
Or, nous luttons pour l'abolition du Capital et pour cela pour l'abolition commune, tous genres confondus, des rouages qui rendent possibles une législation et des représentations (qui ne naissent pas de nulle part mais bien de conditions matérielles particulières) telles que celles-ci, où certaines femmes (et non Schiappa, Lagarde, etc) sont bien plus asservies parce que nécessairement prises dans un procès de production et une classe particulière où la domination est d'emblée plus conséquente.

Reconnaître que le Capital se sert notamment des femmes de la classe ouvrière pour permettre le renouvellement gratuit de la force de travail doit en même temps nous conduire à reconnaître que l'ennemi est le Capital et non l'homme.

« Les travailleuses, les femmes prolétaires, ont une autre attitude. Elles ne voient pas l'homme comme leur ennemi, leur oppresseur ; au contraire, elles pensent que les hommes sont leurs camarades, qu'ils partagent avec elles les corvées quotidiennes, et luttent avec elles pour un avenir meilleur. »
Alexandra Kollontaï, Les bases sociales de la question féminines

Prolétaires de tous les pays, de tous les genres, unissez-vous pour renverser le capital "qui sue le sang et la boue par tous les pores" !

"Tous les efforts partis de bonnes intentions pour s'attaquer à cet horrible problème sont illusoires ainsi que le reconnaissent avec désespoir leurs promoteurs. Et illusoires ils resteront tant que durera le mode de production qui créant une population ouvrière excédentaire, crée simultanément des criminels et des femmes qui en sont littéralement et tristement réduites à « l'abandon ». Que l'on se débarrasse du mode de production capitaliste, disent les socialistes, et la prostitution disparaîtra."
Eleanore Marx, La question féminine

définition social et sociétal, livre Sciences humaines et philosophie Lucien Goldmann, podcast, Marx FM, Loïc Chaigneau
Épisode de Marx FM sur l'effacement de la question social par le sociétal.
Découvrir

(1) Relire la critique que fait Marx des droits de l'homme dans "La Question Juive"
Partager
À la Une
Vincent Bolloré en Napoléon empereur des médias

Vincent Bolloré ou la conquête d'un empire : Réflexion sur la concentration médiatique en France

Yolanda Diaz à une réunion de travail

Le communisme caviar de Yolanda Diaz

Qui sommes-nous ?
L'Affranchi IHT est le média de
l'Institut Homme Total
En savoir plus
Soutiens-nous
Finance ton média
affranchi de l'idéologie dominante
Faire un don
picto facebook institut homme total picto youtube affranchi IHT picto twitter institut homme total picto instagram institut homme total picto discord institut homme total
cours et formations institut homme total formations politiques et cours de philosophie marxiste loic chaigneau
Forme-toi
Pour transformer ta compréhension
de l'information
Institut
Rejoins-nous
Adhère à l'Institut Homme Total
à partir de 10€ par an
Adhérer
Société
Jésus et Marx

Noël : l'espérance en un royaume qui n'est pas de ce monde

Guerre civile

La guerre civile qui vient…

Plus d'articles
LES PLUS LUS
bibliographie conseils de lecture institut homme total bibliothèque Voir la bibliothèque livres librairie institut homme total bibliothèque Acheter les livres Marx FM Podcast marxiste marx communisme institut homme total Écouter Marx FM