picto facebook institut homme total picto youtube affranchi IHT picto twitter institut homme total picto instagram institut homme total picto discord institut homme total
Accueil  ⟩   Actualités  ⟩   Politique
Lutte des classes

Guerre sanitaire, guerre de classe : dépasser le citoyennisme ?

Depuis la mise en marche des divers dispositifs « incitant » à la vaccination on peut retracer une logique de contrainte qui cible moins les citoyens dans leur ensemble qu'une partie spécifique : les classes populaires et les couches moyennes. Nous retraçons ici cette logique et ces moyens d'action.

Partager
Seringue et billets d'euros
Seringue et billets d'euros (Geralt / Pixabay)
×
Par Gracchus
Lecture 8 min

Avertissement : cet article se propose de montrer la logique économique à l'œuvre dans les politiques dites « sanitaires » afin de pousser les populations récalcitrantes à s’administrer une substance médicale présentée par les pouvoirs publics comme un remède face au covid-19 (1). En aucun cas il ne s’agit de discuter du bien-fondé du refus de ces populations ou d’émettre un quelconque avis sur l’efficacité ou la dangerosité des médicaments en question, chose qui ne relève pas des compétences de l’auteur mais des autorités médicales qualifiées.

Qui sont les Français que Macron veut emmerder (2) ? Depuis la première dose de vaccin administrée en France il y a maintenant plus d’un an (3), la plupart des études effectuées montrent que ce sont lesdites « couches sociales les plus défavorisées », les classes populaires donc, qui ont le taux de vaccination le plus bas. La corrélation est flagrante quand on compare le taux de vaccination en fonction de la richesse des différentes communes. On constate alors que les communes les plus aisées sont également celles ayant le taux de vaccination le plus élevé. Ces inégalités sont particulièrement marquées dans les grandes métropoles (4). Globalement, les catégories socio-professionnelles les plus favorisées semblent être davantage vaccinées. On constate également que les populations urbaines sont moins vaccinées que les populations rurales (5). Il ne s’agit pas ici de savoir si ce déséquilibre social est dû à un manque d’accès aux vaccins pour une partie de la population ou s’il s’agit davantage d’un refus volontaire, qu’il soit légitime ou non. Il convient simplement de constater que les classes populaires sont sensiblement moins vaccinées que les couches moyennes ou supérieures.

La suite de cet article a pour unique vocation de montrer que les mesures de contrainte prises pour pousser à la vaccination sont essentiellement dirigées contre les classes populaires, soumises à une pression économique croissante. Ces populations sont prises dans un étau financier dont elles pourront seulement s’extraire par la vaccination, a contrario des citoyens qui disposent des revenus suffisants pour endurer les contraintes financières. On pourra ainsi établir que les mesures de coercition ne visent pas tant les citoyens non-vaccinés que certains citoyens non-vaccinés, et ceci peu importe le dispositif répressif. En effet, qu'il s’agisse d’un passe sanitaire, d’un passe vaccinal ou d’une obligation vaccinale, les principales mesures répressives restent économiques.

Le passe sanitaire instauré progressivement en France au cours de l’été dernier (6) était initialement délivré suite à la réalisation d’un schéma vaccinal complet, d’une immunité après un test positif ou d’un test négatif effectué moins de 72 heures auparavant. On se souvient qu'au début de la mise en place de ce dispositif les tests étaient gratuits pour tous. Dès le 26 Novembre, il a été décidé que ces tests ne seraient plus valides pour 72h mais pour 24h seulement (7). Bien que toujours effectués gratuitement, on s’imagine qu’il est plus facile de se faire tester fréquemment en milieu urbain aisé qu'en rase campagne. La mesure est également particulièrement contraignante pour ceux qui travaillent le dimanche. À partir du 15 Octobre, le gouvernement a décidé de rendre ces tests payants, à hauteur de vingt-cinq euros pour un test antigénique en pharmacie et une douzaine d’euros pour un auto-test effectué en pharmacie. Cette dernière option est en réalité refusée par bon nombre de pharmacies qui préfèrent effectuer les tests au tarif supérieur.

Un simple calcul permet alors de voir qu’un test quotidien avec une fréquence de cinq par semaine représente un budget mensuel entre 240 et 500 euros. C’est une somme (500 euros) qui représente plus de 40% du SMIC mensuel alors que cela ne représente même pas 12% des revenus de 4200 euros (8) et plus. Là où pour 10% des Français les plus aisés une telle mesure est seulement une charge contraignante, il s’agit d’un montant que l’on ne peut pas se permettre de perdre quand on travaille au smic. Jusqu’à maintenant, les professions soumises au passe sanitaire étaient en nombre réduit (évènementiel, restauration..). Mais il est évident que débourser une somme de 25 euros pour aller au restaurant, au cinéma ou à la médiathèque est également impossible pour les personnes ayant un faible revenu. Ces tests – cyniquement dénommés des « tests de confort » par le gouvernement – permettent donc le seul confort culturel des non-vaccinés aisés. Cependant, pour les travailleurs soumis au passe sanitaire il n’ont jamais été bien confortables…

On n’a pas manqué de souligner le caractère inégalitaire de cette mesure (9). On pourrait penser que le passage du passe sanitaire au passe vaccinal permette, bien qu’il augmente la pression sur tous les non-vaccinés, un fonctionnement plus « égalitaire ». Ainsi, le passe vaccinal ne permettrait plus aux couches aisées de se procurer régulièrement un passe grâce à leur revenus élevés. Il n’y aurait dès lors plus de différence entre les non-vaccinés riches et les non-vaccinés pauvres puisque les deux seraient également privés des activités nécessitant le passe vaccinal. Nous pensons au contraire que cette mesure va seulement élever la barre de revenus en deçà de laquelle il deviendra difficile voire impossible de se passer de la vaccination pour une partie des activités. Il s’agit aussi d’augmenter encore la pression économique sur les classes populaires.

En réalité, les travailleurs avec un faible revenu étaient déjà privés de leur emploi (si celui-ci nécessite un passe) et se voyaient interdire des loisirs, du sport, de la culture etc. Que ces activités-là leur deviennent complètement impossibles ne change que peu la donne pour eux. Cependant, dans d’autres domaines, le passe vaccinal a un effet déterminant. Ainsi, si l’usage du transport interrégional et international est soumis au passe vaccinal (cf au vote) cela signe une fin absolue de la liberté de circulation pour les personnes ne possédant pas de moyens de transport propres ou ne pouvant s’en servir pour effectuer de longs trajets. On voit alors que derrière un semblant d’égalité formelle (interdiction du transport public pour tous les non-vaccinés) se cache une inégalité réelle puisque seuls ceux disposant de moyens de transport personnels adaptés seront en mesure d’effectuer des trajets longs. En ce qui concerne les autres activités désormais prohibées pour les non-vaccinés, celles-ci ne deviennent pas inaccessibles mais seulement plus coûteuses, et donc accessibles sans vaccination à une portion encore plus réduite de la population.

Comme le remarque à juste titre un avocat connu pour son opposition au passe sanitaire, toutes les privations peuvent être remplacées si on en a les moyens. Ainsi, l’accès à la culture ne pose pas de problème pour qui possède une bibliothèque à la maison, le sport peut s’effectuer sur son domaine de campagne et pour l’éducation musicale, on pourra toujours recourir à un enseignement privé. L’accès aux soins est également garanti par l’hôpital privé, les refus étant essentiellement constatés dans les établissements publics (10). On retrouve ici un passe vaccinal à deux vitesses tout comme on avait déjà eu un confinement à deux vitesses. Ajoutons à ces moyens de contournement « légaux » toute la panoplie de dérives qu’on a vu se mettre en place depuis le début du covid pour permettre aux plus aisés d’échapper à la contrainte (11). On constate alors que le passage au passe vaccinal ne fait qu’augmenter le niveau de richesse nécessaire pour échapper à la contrainte. Par ailleurs, il rend la vie d’autant plus difficile à ceux qui ont encore moins les moyens de s’offrir du «confort »…

Certains observateurs n’ont pas manqué de constater la logique de répression économique que nous avons exposée. Cependant, plutôt que de militer pour une abolition pure et simple de tout dispositif sanitaire répressif (que ce soit le passe sanitaire ou vaccinal), ils voient au contraire une solution dans l’obligation vaccinale. Cette mesure serait alors celle qui mettrait enfin sur un pied d’égalité tous les citoyens, respectant le contrat républicain en instaurant une obligation collective. N’étant pour l’instant pas à l’ordre du jour en France, il nous faut voir comment une telle obligation, d’ores et déjà votée dans plusieurs pays occidentaux, pourrait fonctionner.

Tout d’abord en Autriche, en Grèce et en Italie, qui sont parmi les premiers pays européens à avoir mis en place une obligation vaccinale, cette obligation est dans les trois pays cités liée à une amende forfaitaire. De 100 euros en Italie et en Grèce (12), de 600 euros tous les trois mois en Autriche. On voit qu’il s’agit donc d’amendes destinées à rendre la vie très coûteuse voire impossible aux couches les plus populaires alors que les plus aisées peuvent assez facilement les endosser. Ailleurs, les moyens de pression varient mais restent toujours économiquement déterminés. Ainsi, en Allemagne, les salaires des personnes non-vaccinées placées en quarantaine ne sont plus pris en charge. La Hongrie autorise les entreprises à placer les salariés non-vaccinés en congé sans solde puis à les licencier au bout d’un an. C’est également le cas en Lettonie.

Au Québec, une taxe « contribution santé » devrait être mise en place sous peu, créant également une charge financière forfaitaire pour les non-vaccinés. De fait, dans tous les pays de l’Union Européenne ayant mis en place l’obligation vaccinale, cela conduit non pas à l’égalité des citoyens, mais à davantage de chantage économique. Par ailleurs, dans la plupart de ces pays, les autres moyens de répression ne sont pas abolis (test PCR payant pour travailler, interdiction d’utiliser les transports publics…). Pourquoi la bourgeoisie française agirait-elle autrement ? Pour paraphraser Marx, on pourrait dire que « Si le lecteur français se permettait un mouvement d'épaules pharisaïque à propos de l'état des travailleurs autrichiens, grecs ou italiens, se berçait de l'idée optimiste que les choses sont loin d'aller aussi mal en France, je serais obligé de lui crier : De te fabula narratur ! » (13)

Face à cette logique implacable de répression économique mise en œuvre depuis l’instauration du passe sanitaire, certains se sont insurgés contre la création de « citoyens de seconde zone » et ont fustigé la division des Français instaurée à travers les récentes mesures « sanitaires ». Il s’agit là d’un réflexe compréhensible et louable. Néanmoins, en rester à une telle opposition pourrait s’avérer à terme être contre-productif. En reprenant le clivage assumé par le président lui-même entre les citoyens et ceux – irresponsables – qui ne le sont plus (14), on risque d’en rester à la surface des choses. C’est alors l’arbre qui cache la forêt : en fustigeant le seul clivage entre citoyens instauré par les récentes mesures « sanitaires », on omet que celle-ci recouvre en réalité une opposition de classe surdéterminante.

Malheureusement, ne pas prendre acte de cet état de fait, c’est également ne pas se donner les moyens de sortir de la répression et de son intensification actuelle. C’est pourquoi avant de se demander sur quelle base on peut inverser le cours des choses, il faut distinguer contre qui l’offensive est dirigée. Nous sommes en guerre certes (15), mais où est l’ennemi, et qui est dans notre camp ?


Notes et références :

(1) On désignera cette substance par le nom de « vaccin » faute d’appellation plus adéquate. Pour les pays occidentaux, qui nous intéressent le plus ici, et plus spécialement pour les pays de l’Union Européenne, il s’agit à ce jour des médicaments suivants : COVID-19 - Vaccins autorisés, ANSM.
(2) Voir la déclaration récente du Président de la République qui dit vouloir “emmerder les Français jusqu’au bout”
(6) Qui était initialement censé prendre fin le 15 Novembre, rappelons le.
(8) Revenu mensuel à partir duquel on compte parmi les 10% des personnes les mieux rémunérés en France.
(11) Souvenons nous des “restaurants clandestins” qui poussaient comme des champinions à Paris… Restaurants clandestins: l'indignation qui révèle une crise profonde
(12) Il s’agit pour l’instant des “seuls” non-vaccinés de plus de 50 ans en Italie et de plus de 60 ans en Grèce. Toutes les références sont accessibles ici : Aux quatre coins du monde, l'inventivité des gouvernements pour sanctionner les non vaccinés
(13) “C’est de toi dont je parle ici !” Adapté de : Le Capital - Préface de la première édition
Partager
À la Une
Personnification du Capital tel un phénix anthropomorphisé

Les prix flambent, le monde brûle, le Capital renaît de ses cendres et le pire reste à venir

Seringue et billets d'euros

Guerre sanitaire, guerre de classe : dépasser le citoyennisme ?

Qui sommes-nous ?
L'Affranchi IHT est le média de
l'Institut Homme Total
En savoir plus
Soutiens-nous
Finance ton média
affranchi de l'idéologie dominante
Faire un don
picto facebook institut homme total picto youtube affranchi IHT picto twitter institut homme total picto instagram institut homme total picto discord institut homme total
cours et formations institut homme total formations politiques et cours de philosophie marxiste loic chaigneau
Forme-toi
Pour transformer ta compréhension
de l'information
Institut
Rejoins-nous
Adhère à l'Institut Homme Total
à partir de 10€ par an
Adhérer
Politique
Gabin Baker et Belmondo forment le drapeau français

Le pillage mémoriel d’Éric Zemmour et Emmanuel Macron

Miniature de la vidéo Menace sur les gauchistes

Papacito et Rochedy : des réactionnaires gramsciens ?

Plus d'articles
LES PLUS LUS
bibliographie conseils de lecture institut homme total bibliothèque Voir la bibliothèque livres librairie institut homme total bibliothèque Acheter les livres Marx FM Podcast marxiste marx communisme institut homme total Écouter Marx FM
picto formation diplome picto vidéos picto i picto theorie picto actualites