picto facebook institut homme total picto youtube affranchi IHT picto twitter institut homme total picto instagram institut homme total picto discord institut homme total
Accueil  ⟩   Actualités  ⟩   Politique
Idéologie

Le Pass sanitaire est-il légitimé par la situation sanitaire ?

Démasquons l'idéologie qui se cache derrière l'argument selon lequel « la situation sanitaire légitime la mise en place du Pass sanitaire » et montrons la légitimité de la lutte contre ces mesures iniques !

Partager
Protection civile scannant un Pass Sanitaire
Protection civile scannant un Pass Sanitaire (Mat Napo / Unsplash)
×
Par Théo F.
Lecture 5 min

Suite à la dernière vidéo publiée sur la chaîne de Loïc Chaigneau, cet argument récurrent nous a été envoyé : « La situation sanitaire exceptionnelle légitime la mise en place du Pass sanitaire ».

fond blanc

Prenons donc un moment pour l'analyser, puis pour en faire la critique.

Rendons à César ce qui est à César

Quand bien même la « situation sanitaire » actuelle du pays – et aussi inquiétante soit-elle – relève d'une analyse scientifique objective (1), elle ne peut en tant que telle être légitime pour prescrire une action.

La science peut dire ce qui est. Elle arrive même parfois à dire ce qui peut être. Mais jamais elle ne peut dire ce qui doit être fait. Ce qui doit être, ce qui sera décidé, présuppose toujours une finalité humaine et relève essentiellement du politique. Si la vérité scientifique a besoin pour exister de son autonomie vis-à-vis du politique, le politique a tout autant besoin de ne pas lui être subordonné.

Mais écartons par charité intellectuelle toute suspicion de scientisme (2) chez nos légitimistes. Lorsqu’ils disent que la situation sanitaire « légitime » l’imposition du Pass sanitaire, ils indiquent surtout que la décision politique de mise en place du Pass sanitaire est raisonnable au regard de l'intérêt général des Français, qui est d’en finir avec l’épidémie. Soulignons cette nuance qui sera très importante pour la suite : c’est donc bien la finalité commune présupposée d’un groupe politique : « Les Français », et elle seule, qui légitime le Pass sanitaire dans leur argumentation.

Pourquoi l’argument séduit-il ?

Avant même de nous interroger sur l'argument, reconnaissons sa force et comprenons pourquoi il est brandi, même au sein de certaines parties du camp progressiste. Sous son meilleur jour, il semble a priori concorder avec la définition rousseauiste de la liberté (dans son sens collectif) :

« L'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. »
Rousseau, Du Contrat Social

Autrement dit, le Pass sanitaire serait, contrairement aux apparences, le moyen d'accéder à notre liberté en tant que contrainte que nous avons décidé de nous imposer ensemble consciemment, dans le but de pouvoir accéder, collectivement, à davantage de libertés sur le long terme.

L’argument sous-entend donc que le peuple Français est souverain, et donc que a) la mise en place du Pass sanitaire s’est faite démocratiquement et b) qu’elle permettra à l’avenir de vivre plus librement.

Passons rapidement sur cette dernière en rappelant qu’il faut éviter de confondre la légalité et la légitimité d’un pouvoir. On peut actuellement questionner la légitimité d'un gouvernement arrivé par le filoutage des institutions de la Vème République et qui, même au sein de celles-ci, arrive péniblement à recueillir aux dernières élections régionales de juin moins de 3% des suffrages.

Nous tenons enfin le cœur de l’argumentaire : le Pass sanitaire est une décision consensuelle pour préserver notre intérêt. Il est la solution la plus efficace, la moins chère, comparativement à d’autres stratégies plus incitatives, et ce malgré les 60 millions d’euros de coût par mois en comptant uniquement le contrôle des Pass sanitaire dans les hôpitaux (3).

Et vive la France !

L'argument repose intégralement sur l’idée que nous partagerions la France comme un groupe social plus ou moins homogène et que, tout comme il y aurait un intérêt général commun à tous les Français, il existerait un critère d’efficacité unique qui permettrait de comparer entre elles les stratégies de lutte contre le virus. S’ensuit l’illusion d’avoir à considérer ce Pass sanitaire de manière isolée, politiquement et historiquement.

La force des bourgeois, c’est précisément leur capacité à nous intégrer dans un récit qui inverse systématiquement la perception des intérêts de la majorité d’entre nous.

« Pour qui ce Pass sanitaire est-il la stratégie de vaccination la plus efficace et selon quelle temporalité ? » : voilà la vraie question !

Pour y répondre il nous faut, à l’opposé de l’idéologie, commencer par restituer le processus historique qui en a fait la seule option possible pour la classe dirigeante.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

La bourgeoisie doit toujours administrer et mener la guerre à la classe des salariés et des petits entrepreneurs d’une manière détournée. La crise du capitalisme, qui a fait son grand retour depuis la fin des années 80, ne peut être atténuée que par des mesures austéritaires à l’égard des populations.

C’est pourquoi, d'ailleurs, ces mesures austéritaires ont désormais de plus en plus besoin d’être accompagnées de mesures autoritaires pour être acceptées.

→ À lire aussi : La gestion désastreuse de la crise du covid-19 alimente le développement du nouveau fascisme

Le terrorisme et la crise sanitaire sont les occasions parfaites de justifier ce processus de néofascisation. Alors, comme sont allés de pair l'État d’urgence et la Loi Travail, iront de pair le Pass sanitaire et la réforme des retraites.

Le Pass sanitaire est donc la stratégie de la bourgeoisie (représentée par Macron et son gouvernement) dans les intérêts des grands capitalistes.

Dissocier lutte contre le capitalisme et lutte contre la restriction des libertés publiques est inconséquent. C'est pour maintenir un capitalisme à bout de souffle que Macron et sa classe ont besoin de moyens de répression de plus en plus considérables.

→ À lire aussi : Pourquoi la crise du covid-19 est en réalité une crise du capitalisme ?

On peut, sans prendre beaucoup de risques, faire l’hypothèse suivante : après l'État d'urgence permanent, nous aurons la pandémie permanente.

Rappelons que c’est cette même gestion capitaliste qui a détruit ces dernières décennies notre appareil de santé et toutes les infrastructures qui auraient permis de faire face à la crise bien plus efficacement.

« Ce qui est fait pour nous, sans nous, est fait contre nous », comme on dit en Afrique.

En définitive, lutter contre le Pass sanitaire, contre le contrôle autoritaire, contre les mesures d'austérité, est la stratégie sanitaire la plus efficace sur le long terme pour que rien ne nous empêche de reprendre en main notre pays, pour reprendre en main notre santé et notre environnement (ce qui permettra de limiter les zoonoses (4)) et ainsi éviter dans les prochaines années toute nouvelle pandémie.

Nous ne nous engageons pas dans une lutte anti-scientifique, bien au contraire. Nous voulons voir plus loin que l'horizon de la rentabilité immédiate capitaliste, et refuser une science qui lui est subordonnée.

À l’inverse de l’idéologie dominante bourgeoise, et aux côtés des manifestants qui défilent chaque samedi dans toute la France, nous disons :

Non, le Pass sanitaire n'est pas légitimé par la situation sanitaire. Oui, la lutte contre le Pass est la stratégie la plus légitime contre la pandémie pour que cette crise sanitaire ne se reproduise plus !

→ À lire aussi : Le passeport vaccinal est une nouvelle étape dans le fichage des individus qui conduit à la dictature


(1) On pourrait d'ailleurs discuter de la capacité actuelle du mode de production capitaliste à produire une science objective tant les enjeux financiers autour du vaccin sont importants.

(2) Le scientisme est une attitude consistant à considérer que la connaissance scientifique suffit à résoudre tous les problèmes, y compris ceux proprement philosophiques : “Que dois-je faire ?”

(4) Maladies transmissibles entre l'homme et l'animal.
Partager
À la Une
Sandrine Rousseau

Sandrine Rousseau, vers un pétainisme arc-en-ciel ?

L'Arc de Triomphe et son échafaudage pendant la campagne de restauration de 1988

Emballage de l’Arc de Triomphe : Comment critiquer l’art contemporain ?

Qui sommes-nous ?
L'Affranchi IHT est le média de
l'Institut Homme Total
En savoir plus
Soutiens-nous
Finance ton média
affranchi de l'idéologie dominante
Faire un don
picto facebook institut homme total picto youtube affranchi IHT picto twitter institut homme total picto instagram institut homme total picto discord institut homme total
cours et formations institut homme total formations politiques et cours de philosophie marxiste loic chaigneau
Forme-toi
Pour transformer ta compréhension
de l'information
Institut
Rejoins-nous
Adhère à l'Institut Homme Total
à partir de 10€ par an
Adhérer
Politique
La Cène de Léonard de Vinci avec les têtes de Zemmour Papacito Rochedy et Wojak

Contre Zemmour et les faussaires, se réapproprier la France et son histoire

Le rassemblement devant la marie de la Léchère et la stèle dAmbroise Croizat

1er Mai à La Léchère : les manifestants se rassemblent contre la fermeture de l'usine Ferropem

Plus d'articles
LES PLUS LUS
bibliographie conseils de lecture institut homme total bibliothèque Voir la bibliothèque livres librairie institut homme total bibliothèque Acheter les livres Marx FM Podcast marxiste marx communisme institut homme total Écouter Marx FM